Histoire du Mazet : un esprit de résistance à travers les siècles


 

 

L'histoire de la région est essentiellement marquée par le fait religieux.

Les premières traces de l'existence d'une paroisse et d'une église dédié à Saint Voy (Sancti Evodi) remontent à 1021. L'église de Saint Voy conserve d'ailleurs de nombreux éléments romans (porche, abside). Le clocher est un rajout gothique. La paroisse dépendait juridiquement du château de Bonnas situé au pied du Lizieux qui a disparu dès le XIIIème siècle.

Au XVIème siècle, sous l'impulsion de leur curé, les paroissiens de St-Voy adoptent les idées réformées. Puis, c'est la période fratricide des guerres de religions. En 1598, l'Edit de Nantes permet aux protestants de St-Voy de construire un temple qui est détruit en 1679 dans le cadre de la politique de conversions forcées de Louis XIV ("dragonnades ). Les réfractaires sont envoyés aux galères. Le plateau largement converti aux idées de réforme entre alors dans la période dite "du désert", la religion s'exerce dans la clandestinité, de nuit, dans le secret des forêts ou des fermes isolées. Les protestants sont exclus des registres paroissiaux, chaque famille doit ensevelir ses morts dans des enclos familiaux hors des sacrements de l'église. Une résistance forte et déterminée s'organise. A la veille de la Révolution (1787), un Edit de Tolérance reconnaît aux protestants une citoyenneté à part entière. Le temple actuel du Mazet a été construit en 1822.

Le XIXème marque des changements. Les toitures de lauzes remplacent progressivement le chaume traditionnel. De nouvelles voies de communication sont créées, en particulier la nouvelle route de Fay-le-froid à Tence va progressivement favoriser l'essor du Mazet. La nouvelle mairie y est construite en 1882; et en 1894, St-Voy devient Le Mazet-St-Voy. En 1906, la population atteint 2847 habitants dont moins de 80 catholiques. L'église n'est plus desservie et la paroisse catholique est rattachée au Chambon.

Le début du XXème siècle est marqué par l'effroyable hécatombe de la grande guerre. C'est le début du dépeuplement, accentué plus tard par l'exode rural. La population du Mazet semble aujourd'hui stabilisée (1111 habitants au recensement de 2010).

Entre temps, de 1940 à 1944, le plateau a été fidèle à son histoire. Les juifs pourchassés trouvèrent refuge dans de nombreuses familles de la région. La Résistance a bénéficié de l'appui de la population. L'écrivain Albert Camus se réfugia quelques temps au domaine de Panelier, où il écrivit une partie de l'oeuvre qui lui valut, en 1957, le prix Nobel de littérature.

Aujourd'hui, les visiteurs apprécient le calme, le silence, le bon air, la nature, dans toute sa richesse et sa pureté.






retour à l'accueil /se distraire / se logervivre au Mazetentreprendre /se situer / histoire / contact webmaster



© Mairie Mazet St Voy - tous droits réservés